Parrainer un enfant

Parrainer un enfant

Ce soir, je suis d’humeur « apaisée », le discours de mon médecin en est peut être à l’origine. C’est déroutant de voir mon médecin s’excuser de ne pas pouvoir me soulager, de ne pas pouvoir m’aider davantage, de ne pas pouvoir me prescrire des médicaments (mon foie ne le supporterai pas…). Pourtant, depuis quelques temps il ne fait que m’aider si ce n’est que par l’attention très particulière qu’il m’accorde. Aujourd’hui il a su trouver les mots justes. En tout cas, même si j’ai toujours besoin d’aide, je ressens aussi un grand besoin d’aider. Dans la salle d’attente, je suis tombée sur une brochure de l’association Plan. J’ai décidé de parrainer un enfant et de m’engager auprès de cette association. Il y a des enfants qui n’ont pas la chance que j’ai, qui n’ont pas accès au confort dans lequel je vis. Je regarde ma (grande) garde robe et me dit que malgré tous mes engagements financiers, j’ai bien les moyens de donner 25€ par mois pour améliorer le quotidien d’un enfant. Je l’aide mais surtout je m’aide… Égoïsme ou générosité?. Je dirais plutôt de l’égoïsme de ma part.

Et hop, le courrier est prêt pour envoi demain matin. Si vous êtes généreux, aidez-les…

3 commentaires

  1. Sage décision.. Puisque te sentir « inutile » semble te paraitre invivable (ce que je comprends parfaitement !), voilà une activité qui peut t’aider à réagréger ton énergie.. « Je l’aide mais surtout je m’aide », oui, c’est exactement ça.

    C’est, je pense, nettement mieux que la course aux chimères du bien-être qui, généralement, ne nous apportent que des cartes d’abonnement et de fidélité (vu et presque vécu). Sans un « contrat » avec soi-même, les psys, médocs, boissons et autres drogues en tous genres, fussent-elles douces, n’apportent rien de constructif et durable.

    D’une certaine manière, nous sommes tous égoïstes. Se donner aux autres, même à seulement quelques autres, c’est aussi et avant tout se faire plaisir, même inconsciemment. Après, c’est une question d’équilibre : on donne quoi par rapport à ce qu’on a besoin de recevoir et on reçoit quoi par rapport à ce qu’on a besoin de donner ? Il y a des sourires qui valent tout l’or du monde et plus encore… Mais il y en a d’autres qui ne méritent que l’indifférence.

    Ton cœur est grand, l’Humain n’est pas toujours « idéal », apprivoise tes illusions et fais-toi plaisir dans ta route pour le bonheur, sous cette pluie de réalités souvent instructives 😉 …

    Bises,
    Johan

  2. @ Johan, merci pour ton commentaire, tu as trouvé des mots simples et justes dans tes mails et là encore.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *