Appel

Appel

J’ai un peu forcé ces derniers temps sur un corps déjà très fragile, il m’a rappelé à l’ordre avant hier soir… Les instructions des médecins existent pour être respectées, je devrais m’en souvenir plus souvent. Deux jours clouée au lit, une nuit de sommeil très courte ou Morphée n’a pas arrêté de me narguer, ou les quelques minutes de répit qu’il a bien voulu me donner ont un goût amère, des minutes truffées de cauchemars.

Et moi qui voulait fêter entre amis ce soir ma dernière nouvelle! Je sens que je vais passer ma soirée à séduire Morphée pour qu’il veuille bien me prendre dans ses bras et me laisser s’abandonner à lui.

Un petit moment de tendresse ne serait pas de trop…

Un commentaire

  1. Want some free hugs? Ce serait avec plaisir p’tite mère 😉 !

    Mais il n’y a pas que les médecins qui sont à écouter… Ton corps aussi et c’est ce qu’il te réclame ! Du coup, il fait grève, il déclare forfait, périodiquement… Il y a peut-être (et là je parle sans te connaitre) des signaux d’alerte à côté desquels tu passes sans t’en apercevoir quand ils arrivent (fatigue, courbatures, picotements dans les yeux, etc., toutes ces petits choses qui arrivent d’un coup, de manière certes légère mais totalement inhabituelle).. Comme un navire ou un avion, notre corps est doté de tout un ensemble d’instruments de contrôle en interne et, généralement, on ne se rend compte que quelque chose ne va pas que quand l’un ou plusieurs de ces contrôles sont déjà en zone rouge. L’idéal étant de sentir le passage de la zone verte à la zone orange. C’est plus fin à sentir, ça demande un peu d’exercice d’écoute de soi, d’observation, d’associations d’évènements (dont des diagnostiques de médecins) avec des sensations vécues à ces instants (sans tomber dans l’excès, ça va sans dire) mais, avec le temps, on arrive à s’approcher de cet « idéal » d’auto-surveillance.

    Évidemment, je sais que ce n’est pas simple de jongler avec le boulot, les loisirs, les sorties, etc., mais tu vas y arriver ! Même s’il te faudra probablement sacrifier un ou deux trucs d’ici là, faire un peu « contre mauvaise fortune bon cœur » de temps à autres.. As-tu aussi regardé du côté du magnésium ou des oligo-éléments et multivitamines ? C’est souvent bon de se faire une petite cure de l’un et/ou de l’autre au sortir de l’hiver…

    De plus, un bon moral aide grandement mais je crois que s’il y a bien une chose chez toi qui ne bouge pas (du moins au plus profond de toi et hors quelques « déliciosités » de la vie), c’est justement ton moral !

    Dans la vie de tous les jours, on peut utiliser le même système de mise au repos qu’utilisent les mammifères marins : quand ils se reposent ou dorment, c’est « découpé » par zones, leur impératif étant de ne pas se noyer par un assoupissement général. On peut utiliser cette tactique et reposer des zones de notre corps ou de notre cerveau en fonction de nos besoins et de nos activités du moment. Comme le voilier qui, pris dans des vents instables ou trop forts réduit ou adapte sa voilure pour ne pas casser. La perte d’efficacité, elle, est moindre que si on pousse le bouchon à en tomber malade, parfois par manque d’attention et d’anticipation.

    (Je n’oublie pas non-plus le cachet d’aspirine pour te faire digérer ma « tartine » 😀 !)

    Bises ! (Tu la feras ta fête, non mais sans blagues ; si ce n’est pas déjà fait à l’heure de mon post, d’ailleurs, ça se trouve 🙂 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *